Le forum des combattants du monde libre

En mémoire de ceux qui sont tombés pour toi
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Du Panthéisme de Spinoza

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tovi
Combattant
avatar

Nombre de messages : 227
Date d'inscription : 11/02/2006

MessageSujet: Du Panthéisme de Spinoza   Mar 28 Fév à 13:05

Voilà, je tenais à faire connaitre ma religion, le Panthéisme :




Du grec πὰν (du dieu grecque Pan (mythologie) tout) et θέος (dieu), le Panthéisme est un système philosophique selon lequel:

1.tout ce qui est, existe non seulement par Dieu mais en Dieu.
2.Dieu n'est pas un être personnel distinct du monde mais il lui est immanent (en opposition au Dieu créateur et transcendant).
Certains pensent que le panthéisme s'oppose par essence au théisme (monothéisme et polythéisme) et à l'athéisme. Il s'apparente à différents courants, majoritairement orientaux, généralement réunis sous le terme monisme par opposition au dualisme.

D'autres pensent que pour être panthéiste, il faut « par essence » d'abord être théiste.

En réalité le Panthéisme regroupe et tolère toutes les religions et leur quête de spiritualité mais rejette toute forme de dogme.


La doctrine panthéiste n'est pas étrangère à la Cabale. Dans son Éthique, Spinoza prouve que le panthéisme est la seule façon logique de considérer Dieu et l'univers. Bien que le terme en question apparaisse au 18è siècle, donc ait été étranger à Spinoza lui-même, il résume, quoique très grossièrement, l’essentiel de la pensée de l’auteur. Dieu n’est pas cet être suprême, transcendant et personnel. Il est en fait impersonnel et immanent au monde, c’est-à-dire qu’il fait partie du monde. Les êtres, au lieu d’être vus comme une création de Dieu, sont perçus comme une affection de la substance, une expression de Dieu. Ayant ceci en tête, on peut comprendre ce qui amène Spinoza à écrire son Éthique, et à le faire selon la méthode géométrique. On peut, puisque Dieu est la nature, et non un être céleste résidant hors du monde, en faire une étude toute scientifique, avec la méthode des sciences naturelles. Tout n’est donc qu’une seule chose, et cette seule chose, c’est Dieu.


Dernière édition par le Mar 28 Fév à 13:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tovi
Combattant
avatar

Nombre de messages : 227
Date d'inscription : 11/02/2006

MessageSujet: Re: Du Panthéisme de Spinoza   Mar 28 Fév à 13:07

Biographie de Baruch Spinoza :
Philosophe hollandais d'origine juive et portugaise. Côtoyant des milieux chrétiens libéraux et libres penseurs, Baruch Spinoza est séduit par la philosophie cartésienne et se montre avide de connaissance. Pour pouvoir se consacrer à ses activités intellectuelles, il gagne sa vie en polissant des verres de microscope. Il est excommunié en 1656 à cause de son attitude trop libre par rapport aux pratiques du judaïsme et vit alors en homme libre sans attache religieuse.

Après un examen critique de la Bible, dont ce fut la première véritable exégèse rationaliste, Spinoza conclut qu'elle a été écrite pour frapper les imaginations et qu'elle ne fournit ni enseignement, ni métaphysique et n'apprend rien sur Dieu. Il introduit ainsi une séparation fondamentale entre la foi et le savoir.

En écrivant "Dieu c'est-à-dire la nature" Spinoza identifie la divinité au tout du monde réel, contrairement à l'anthropomorphisme religieux classique qui fait de Dieu un créateur, distinct du monde, agissant selon un objectif. Le Dieu de Spinoza est impersonnel, ni créateur, ni bienveillant, ni malveillant, sans dessein particulier pour l'homme, sans morale (la morale est faite par les hommes pour les hommes). Cette vision de la divinité l'a fait, de son vivant, accuser d'athéisme. Le terme de panthéiste qui lui conviendrait davantage est apparu au début du XVIIIe siècle.

L'Ethique (1677), l'œuvre majeure du philosophe hollandais, est rédigée, dans un souci de rationalisme absolu, comme un livre de mathématique. L'auteur y prône la recherche du salut par la connaissance, le Souverain Bien, qui apporte la joie, la Béatitude, et sauve du trouble des passions. Ayant été informé des accusations d'ouvrage athée formulées par les théologiens, Spinoza renonce à sa publication qui l'aurait certainement conduit au bûcher.

Hormis "Principes de la philosophie de Descartes", "Pensées métaphysiques", "Traité théologico-politique" ses œuvres, interdites car considérées comme athées et blasphématoires, sont publiées à titre posthume.

Spinoza est considéré comme l'une des figures les plus importantes de la philosophie classique à cause de sa rigueur, de son sens critique qui lui vaut d'être poursuivi et persécuté (il reçoit un coup de couteau). Par son rationalisme, il ouvre la voie qui conduira à l'athéisme du XVIIIe siècle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tovi
Combattant
avatar

Nombre de messages : 227
Date d'inscription : 11/02/2006

MessageSujet: Re: Du Panthéisme de Spinoza   Mar 28 Fév à 13:11

Citations :

"La Prophétie est donc inférieure à cet égard à la connaissance naturelle qui n'a besoin d'aucun signe, mais enveloppe de sa nature la certitude."
(Baruch Spinoza / 1632-1677 / Traité théologico-politique)

"Tout ce qui est contraire à la Nature est en effet contraire à la Raison ; et ce qui est contraire à la Raison est absurde et doit en conséquence être rejeté."
(Baruch Spinoza / 1632-1677 / Traité théologico-politique)

"Par Dieu, j'entends un étant absolument infini, c'est-à-dire une substance consistant en une infinité d'attributs, dont chacun exprime une essence éternelle et infinie."
((Baruch Spinoza / 1632-1677 / Ethique I, définition VI)

"Dieu, cet asile de l'ignorance."
(Baruch Spinoza / 1632-1677 / Ethique I, Appendice)

"Les hommes ont donc tenu pour certain que les pensées des dieux surpassent de beaucoup la portée de leur intelligence, et cela eût suffi pour que la vérité restât cachée au genre humain, si la science mathématique n'eût appris aux hommes un autre chemin pour découvrir la vérité; car on sait qu'elle ne procède point par la considération des causes finales, mais qu'elle s'attache uniquement à l'essence et aux propriétés des figures."
(Baruch Spinoza / 1632-1677 / L’Ethique, Livre I, Appendice)

"Notre Mentalité est une partie de l'intellect infini de Dieu en tant qu'elle perçoit les choses véritablement."
(Baruch Spinoza / 1632-1677 / Éthique II, scolie de la proposition 43)

"La Mentalité humaine a une connaissance adéquate de l'essence éternelle et infinie de Dieu."
(Baruch Spinoza / 1632-1677 / Ethique II, proposition 47)

"Les hommes se trompent en ce qu'ils pensent être libres et cette opinion consiste en cela seul qu'ils sont conscients de leurs actions, et ignorants des causes par lesquelles ils sont déterminés."
(Baruch Spinoza / 1632-1677 / L'Ethique, Livre II)

"Le bien suprême de la Mentalité est la connaissance de Dieu ; et la vertu suprême de la Mentalité est de connaître Dieu."
(Baruch Spinoza / 1632-1677 / Éthique IV, proposition 28)

"Qui est conduit par la crainte et fait le bien pour éviter le mal, n'est pas conduit par la Raison."
(Baruch Spinoza / 1632-1677 / Ethique IV, proposition 63)

"L'homme libre ne pense à rien moins qu'à la mort, et sa sagesse est une méditation, non de la mort, mais de la vie."
(Baruch Spinoza / 1632-1677 / L'Ethique, Livre IV, proposition 67)

"Cet Être éternel et infini que nous appelons Dieu ou la Nature agit avec la même nécessité qu'il existe… N'existant pour aucune fin, il n'agit donc aussi pour aucune; et comme son existence, son action n'a ni principe ni fin."
(Baruch Spinoza / 1632-1677 / L’Ethique, Livre IV)

"Dieu, à proprement parler, n'aime ni ne hait personne."
(Baruch Spinoza / 1632-1677 / Ethique, Livre V, corollaire de la proposition 17)

"C'est aux esclaves, non aux hommes libres, que l'on fait un cadeau pour les récompenser de s'être bien conduits."
(Baruch Spinoza / 1632-1677 / L’Ethique)

"Nous ne désirons pas les choses parce qu’elles sont bonnes, mais nous les déclarons bonnes parce que nous les désirons."
(Baruch Spinoza / 1632-1677 / L’Ethique)

"Quand certaines Églises ajoutent que Dieu a pris une forme humaine, j'ai expressément averti que je ne sais pas ce qu'elles veulent dire ; et même, à dire vrai, affirmer cela ne me paraît pas moins absurde que de dire que le cercle a pris la forme d'un carré."
(Baruch Spinoza / 1632-1677 / Lettre LXXIII à Oldenburg / 1675)

"Le désir est l’essence même de l’homme, Ordonnateur clandestin de nos systèmes de valeur."
(Baruch Spinoza / 1632-1677)

"L'homme juste et libre est celui qui connaît la vraie raison des lois."
(Baruch Spinoza / 1632-1677)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Du Panthéisme de Spinoza   

Revenir en haut Aller en bas
 
Du Panthéisme de Spinoza
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Athéisme et Laïcité
» [DA] Le doubleur de Phénix, Panthéro, Mister T est décédé.
» Panthéon nain
» [Séisme] Limité
» NEMETONDEVOS : Le Panthéon Gaulois.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum des combattants du monde libre :: Religions-
Sauter vers: